L’histoire

Eden

Le sauvetage de l'humanité

"Ebloui par le soleil, je m'éveillais sur une plage inconnue. Cette île à l'allure paradisiaque, se transforma peu à peu en cauchemar. Imaginez une terre oubliée de tous, abritant des créatures disparues depuis des millénaires. Quel spectacle incroyable! Merveilleux! Puis imaginez la faim qui vous tiraille le ventre, la chaleur qui vous assoiffe, la nuit noire qui vous glace les os. Mais surtout imaginez ces créatures monstrueuses qui ne cherchent qu'à se repaitre de votre dépouille. Pendant des jours ou peut être des mois, j’errais sur cette île, m'enfonçant de plus en plus profondément dans sa jungle. Je croyais devenir fou à l'ombre de ces pilonnes étranges... 

C'est alors qu'ils sont apparus. Des chevaliers tout d'or vêtu. Ils m'ont annoncé un avenir, ils m'ont annoncé la lutte de l'espèce humaine. Ils m'ont annoncé qu'ils étaient les Gardiens de cet Eden, et qu'ici nous serions tous jugé. J'ai été renvoyé vers vous, afin de vous prévenir du voyage qui vous attends."

[récit d'un voyageur inconnue]  

L'arrivée des Colons

Comme il fût annoncé, des hommes et des femmes, originaire des quatre coins du monde connu, s'éveillèrent. Ils étaient près de 200 à leur arrivé, se partageant un petit îlot de terre. Après 6 jours, ils n'étaient plus que 30, la faim, la soif, les températures extrêmes, la faune et la flore ayant prélevé leur due. Déjà les survivant formèrent des communautés connue sous le nom de tribut, s'entraidant, luttant ensemble pour leur survie.

Le 7 ème jour, les Gardiens se présentèrent aux survivants. Ces derniers avaient été jugé et déclaré digne de défendre le Droit de Vie de l'Humanité. Un voile se leva, et devant leurs yeux écarquillé, les survivants comprirent que leur îlot n'était qu'un préambule. Une île 4 fois plus grande s'ouvraient à eux. Le véritable combat pour la survie venait de débuter.

La rencontre avec les Gardiens

En ce septième jour su l'île, celui que l'on surnommait "le Patriarche" leva les yeux de sa plantation, un mouvement au loin ayant attiré son attention. Il scruta la colline, ébloui par le soleil il leva une main pour se protéger les yeux. Après plusieurs seconde à observer, il resta stupéfait. Osant à peine détourner le regard il cria à son second d'aller chercher les autres survivants. Leur destin était en marche.

Cinq minutes plus tard, l'intégralité des survivants restant était rassemblée et observait en murmurant à voix basse, les deux silhouettes rayonnantes d'or qui avançaient vers eux. Jetant un regard vers ses semblables, le Patriarche s'avança de quelques pas hésitant vers les nouveaux arrivants. Les deux chevaliers dorés s'immobilisèrent à un mètre de lui, observant la foule rassemblée.

- Nous sommes des survivants, nous avons échoué ici il y a sept jours maintenant, commença le Patriarche. Sauriez-vous où nous sommes?

- Vous êtes sur l'Eden, dis l'un.

- Et... vous êtes des survivants vous aussi? Demanda le Patriarche intimidé.

C'est plus complexe que cela, répondit l'autre.

Les deux chevalier retirèrent leur casque.

- Je suis Abel ZADKIEL, se présenta l'un, Premier Gardien de l'Eden par la volonté du Grand Créateur (ou des Dieux?).

Et je suis Angelus SARAQUIEL, poursuivi l'autre, Deuxième et dernier Gardien de l'Eden par la volonté du Grand Créateur (ou des Dieux?).

- Qu'est ce que tout cela signifie? Intervint un survivant sur un ton menaçant. Qui êtes-vous? Que savez-vous de cette île? Pourquoi sommes nous là?

- Calme toi Saanis, s'interposa le Patriarche inquiet.

- Saanis? S'interrogèrent les Gardiens dans un échange de regard. Le Grand Créateur à le sens de l'humour.

Devant l'air renfrogné du dénommé Saanis, Abel ajouta:

- Nous sommes les Gardiens de l'Eden, placé là pour assurer l'équité en toute chose et jugé du droit de vivre des créatures peuplant cette île.

Nous vous connaissons tous, Saanis l'Endurant, continua Angelus. Pendant 6 jours nous avons surveillé votre évolution sur cette terre. Seuls ceux jugés digne de poursuivre la lutte sont encore en vie aujourd'hui. Estime toi heureux d'être de ceux là, toi qui rejette si aisément toute puissance supérieure à la tienne.

Avant que Saanis ne puisse répliquer, le Patriarche questionna:

- Seigneurs, alors que vous parlez, il me revient en mémoire le récit d'un voyageur s'étant réveillé sur une plage inconnue de la même façon que nous. Et aujourd'hui, comme pour lui, les Gardiens se présentent à nous pour nous parler de lutte. Seigneurs, éclairez nous! Quel est donc ce combat qui nous a été annoncé?

Pour vous ce combat se nomme La Rédemption, répondit Abel. La rédemption de l'espèce humaine, voilà pourquoi vous devez survivre désormais. Cette île sera un nouveau départ pour les Hommes s'ils s'en montrent digne.

Nous sommes les deux derniers anges à croire en l'Humanité. Et c'est pourquoi le Grand Créateur nous à placé là. Il nous incombe de vous juger afin de découvrir si notre foi en vous n'est pas vaine. Renchérit Angelus.

Maintenant voyez! Prononça Abel dans un geste du bras pour indiquer à la foule de tourner son regard vers l'horizon. Le monde qui vous attend est plus vaste qu'il n'y parait, et les dangers qu'il recèle sont votre salut.

Devant les survivants, émerveillés et terrifiés à la fois, un voile de brume se leva, réduisant leur île à un simple îlot, alors que la magnificence de l'Eden se révélait à eux. Le Patriarche se tourna vers les Gardiens, mais ceux ci avaient disparus.     

Le grand Schisme

Les révélations de la part des Gardiens ne furent pas perçut de la même façon par tous les survivants, et bientôt des dissensions apparurent. 

La première, la plus violente, fut lorsque Saaris L'Endurant tua de sang froid son chef de tribut annonçant que nul ne lui dicterait ça conduite, la seule façon de survivre sur cette île étant, selon lui, de détruire ou d'asservir toutes les autres espèces y compris les humains les plus faibles, pour ne selectionner que les plus forts. Il disparut vers l'ouest pour préparer l'heure de l'affrontement avec ses "frères".

Quelques semaine plus tard, une violente altercation eu lieu entre un grand nombre des Elus restants. Certains désiraient utiliser et considérer les animaux peuplant l’ile comme un simple moyen de production, quitte à les épuiser à mort. Revendiquant une idéologie Impérialiste, prônant la suprématie humaine et le rassemblement dans de grande cité, ils s’heurter au refus catégorique d’une autre partie des élus qui refusais de reproduire les erreurs que l’humanité avais commise et qui les avaient conduits dans cette folie. Il souhaitait essayer de vivre en harmonie avec leur environnement et les animaux qui peuplaient l’ile. Désirant vivre en harmonie, dans une société égalitaire ou tous auraient le droit de parole et respecterais la terre qui leur a été donnée, les Karounis prirent la direction du Sud dès le lendemain de la dispute. Les survivants restant prirent le nom de l’Empire du Crépuscule, en souvenir du moment qui avait vus leur naissance et partir vers le Nord.

Apres leurs départs, seul 3 individus resterent sur l'îlot Est, le même qui avait accueilli les élues. Intrigué par leur attitude, les Gardiens vinrent s'enquérir des raisons de leur choix. Le Patriarche, un homme d'une 50ene d'année pris la parole et leur répondit d'une voix emplis de sagesse :

"Seigneurs, nos amis sont partis défendre l'humanité, mais nous ne pouvons concevoir qu'ils seront les seuls représentant de notre espèce. Aussi nous avons fait le choix de rester ici pour préparer la venue des prochains élus afin de leur montrer le chemin de notre rédemption"

Devant un tel dévouement, les Gardiens s'inclinèrent et bénir cette tribut, déclarant que nul être humain ne pourrait faire couler le sang d'autres humains sur cet îlot, temps que leur faction se montrera digne de cet engagement.

L'espoir de la rédemption

"Jour après jour, de nouveaux survivants apparaissent sur nos plages. J'ai entendu dire que les hameaux établies par nos anciens amis se transforment peu à peu en véritable ville. Cette nouvelle me transporte de joie et fait naitre en moi l'espoir que nous pourrons un jour revendiquer notre droit de vivre. Pour l'heure je m'en tiens à ma tâche en accueillant les nouveaux survivants, jusqu'au jour où je déciderais de rejoindre les autres dans cette grande aventure."

[Dernier écrit du Patriarche - mort suite à l'attaque d'un raptor]  

Le nouveau monde est a portée de tous, il faut juste réussir à l'atteindre.